Catégories
Script de Sketchs

Canal Z

Flash Spécial

Deux animateurs arrivent sur le plateau du journal télévisé en discutant :
F.D – « D’accord monsieur le directeur ! On a compris ! Dès que la lumière rouge s’allume »
G.P : « Et l’autre enfoiré là-bas, euh…. »
F.D – « Oui, l’autre avec sa console de jeux, là où ça clignote, quand il nous fera signe, on parle ! »

Ils s’approchent d’un bureau, là où se trouvent plusieurs notes sur les sujets à annoncer dans ce journal et l’un dit à l’autre :
F.D : « ah ! C’est là où on s’assoit ! »
G.P : « Ben oui, de toute façon, il n’y a que là ! »
F.D : « eh ! Mais qu’est-ce que c’est ce fouttoir !!!!
G.P : « Oui aller, fous y tout par terre ! »
F.D : « Ouaiouaiouai, aller, on nettoie ça, allez hop ! »

Et l’un des animateurs lance toutes les feuilles parterre pendant que l’autre encourage activement sa lancée de papiers :
G.P : « « Allez vas-y, vas-y, nettoie tout ! Allez Hop ! Du vent ! Du balai ! Du courant d’air !!!! »
F.D : « C’est propre maintenant, allez, tout est par terre ! «

L’un des présentateurs s’asseoit, l’autre le suit dans son élan tout en poussant des soupirs de satisfaction. Pas assez bien installés, ils mettent leurs pieds sur le bureau et tranquillement continuent leur conversation :
G.P : « Oh laisse-moi un peu de place s’il te plaît ! »
F.D : « Eh si t’es pas content, t’as qu’à aller chez Antenne 2 ! »
G.P : « Ben non, c’est nul ! »
F.D – « Eh bien chez FR3 ! »
G.P – « Ah non, c’est nul aussi ! »
F.D – « oui, c’est normal, pour avoir le droit de regarder, il faut payer la redevance ! »
G.P : « C’est pas étonnant, oui oui ! »

Tout d’un coup, ils remarquent que rien ne se passe et se posent des tas de questions :
F.D – « Bon, c’est quand ils veulent ! J’sais pas ce qu’ils fouttent ! «
G.P – « Ben oui….. C’est pire que des fonctionnaires, ces techniciens ! Regarde l’autre là-bas, planqué avec son café ! »
F.D – « Ah oui, il nous nargue avec son café là ! Eh, Tu crois qu’il raconte sa vie et ce qu’il a fait ce week-end ! »
G.P : « Oh, commande-en deux, tiens, c’est pas mal ! »
F.D : « Garçon, deux cafés s’il vous plaît ! »

Pendant qu’ils finissent de passer leur commande et qu’ils s’interrogent sur le nombre de sucre à ajouter dans leur tasse, le générique du journal télévisé démarre à ce moment-là.
Pendant que la musique se diffuse dans toute la salle, les deux animateurs, bien installés, trouvent le temps long et commencent à s’assoupir. Pendant que l’un commence à ronfler, l’autre le réveille brusquement :
G.P – « Eh oh, réveille-toi à, on va passer à l’antenne ! »
F.D – « ah, ils ont pas fait signe encore ! »
G.P : « ben non, ils ont pas fait signe…. Enfin, je pense pas ! »
F.D – « ah, ben c’est quand ils veulent ! »
G.P – « eh bien oui, c’est quand ils veulent ! »
F.D – « Y a pas eu le générique encore ! »
G.P –euh…. Si si !!!
F.D – « Ah bon, t’es sûr ! »
G.P – « euh… Si si ! »

Les deux animateurs sursautent en retirant leurs pieds bien calés sur le bureau en faisant de drôles de cris car ils se rendent compte qu’ils sont à l’antenne :
F.D – « bon, bonbon, bon, bonsoir ! »
G.P- « flaflaflfl…. Spépépéspécial ! »
F.D – « fafafafafafafa…. »

Le journaliste FD, pour se remettre de ses émotions, se tape sur le torse et après un grand moment de silence, il reprend :
F.D- « Fafafafa…. Flash spécial ! »
G.P : « Je viens de le dire ! »
F.D : « Oh ben enchaîne alors ! »
G.P – Bon ! Fait divers ! Une dame d’un certain âge a lavé son chien et elle était très pressée, donc elle l’a passé au four micro-ondes pour le faire sécher ; mais elle est parti faire des courses, quand elle est revenu, il était trop tard : le chien était cuit à point.
F.D – Alors une dépêche vient juste de tomber, je crois puisque je l’ai ramassée par terre. Il y a eu un hold-up au supermarché « Les prouts en liberté « et suite à la panique de l’arrivée de la police, les voleurs, croyant aligner les zéros pour les totaux, ont pris la fuite avec tous les jetons des cadis. «

Après quelques secondes de réflexion, le journaliste sort :
F.D -« Oui, d’accord, pire que les belges, quoi ! »
G.P – « Dans une fête foraine, près de Paris, deux sœurs affirment avoir vu un homme étrange et son engin en forme de toupie. On se demande bien qu’est-ce qu’ils peuvent mettre dans leur barba papa ! »
F.D – « A Lourdes, un défunt évolué dans son quartier sans adresser la parole à âme qui vive ».
G.P – « Maintenant, une petite page de publicité ».

Gingle publicitaire : Les deux journalistes mangent un bout de pain tout en disant :
G.P – « c’est le gagne-pain…. »
F.D – « sur Canal Z !

L’un des journalistes sort une boîte de pâté pour chien en haletant et tirant la langue, aboie pour dire :
F.D – « Médor l’adore, et les maîtres aussi ! »
G.P – « Sega Marché… ; »

Après un bruitage de mitraillette, il ajoute :
G.P – « armes, munitions, tout…. ! Pour le ménage, ah ah ah !!!! »

Après avoir bu leur verre d’eau et après les pages publicitaires, ils animent le gingle de fin avant de continuer l’information :
F.D – « Le gagne manger est épuisé ! »
G.P – « Il a été coupé, dans la bouche, amené, croqué, dégusté…. »

Après avoir commencé à énumérer quelques détails sur le suivi d’un aliment au cours d’un repas, il voit qu’il a encore beaucoup de choses à dire, il pète les plombs et accélère en reprenant :
G.P – « Enfin bref, il a été goûté, gobé, mâché, broyé, avalé digéré et ch…. »
F.D – « Stop ! Ça va, on a compris ! Tu vas pas nous refaire l’histoire en 3D ! Et maintenant, la suite de votre journal télévisé sur Canal Z ! »
G.P – « Le conseil municipal d’extraction s’est réuni pour discuter de l’accouchement sans douleur et de l’expulsion sans relogement ».
F.D – « Grève : la SNCF nous montre la voix ! »

Les deux journalistes Enchaînent sur d’autres sujets :
F.D – « en sport maintenant…. Nous allons voir des images ! »
G.P – « Oui, nous allons voir des images ! »
F.D – « Nous allons voir… Des images…. ! »

Les deux journalistes se regardent l’air étonné et se demandent ce qu’il se passe :
G.P – « bon, c’est quand ils veulent, un ! »
F.D – « Nous allons voir des images…. »

Un grand moment de silence, les journalistes gênés de cette situation ne savent plus quoi faire, l’un met un doigt dans l’oreille, l’autre se frotte le nez, les regards qui ne se croisent plus. On voit que ces deux-là s’emmerdent et veulent se casser. Ils essaient de se faire plus petits en faisant des mimiques et reprennent : F.D – « Mais qu’est-ce qu’ils fouttent ! Ils se sont noyés dans leur café ou quoi ! «
G.P – « Non mais attend un peu ! Laisse-leur fabriquer la bande ! Ils n’ont que deux mains ! »

Il dit ça calmement et tout d’un coup, il ajoute très énergiquement :
G.P – « bon ils nous l’envoient leur bouillie d’intoxiqués ! »
F.D – « Bon, ça sera peut-être du foot, un !
G.P – « Ah, tu crois ! »
F.D – « Ah, je sais pas, peut-être du basket ! »
G.P : Ah ben oui !?
F.D – « Ah, peut-être du torball ! »
G.P : « Ou alors ! Ça peut être même du tennis ! »
F.D – « de toute façon, c’est un jeu de balle ! »
G.P – « ben oui, de toute façon, si ça courts, ça nage pas, à la limite, ça rame et ça roule ! »

Tout d’un coup, le générique du JT a été envoyé et le journaliste FD, avant d’enchaîner la suite des actualités, avec plein de gestes plus fous les uns que les autres, crie au technicien :
F.D – « Non, oh…. Non ! C’est pas là ! »

Soudainement, la musique s’arrête et le journaliste reprend :
F.D – « Le petit Jordi devenu grand aujourd’hui, ne sachant pas quoi faire de sa vie, joue la poule dans une espèce de ferme à la télévision à défaut de chanter comme un coq !

Il s’arrête un petit instant et reprend :
« C’est cotcot d’être au poulailler ! »
G.P –« À la dernière dictée de monsieur Pivot, je dis dernière car c’était la dernière émission, coup de bol pour Andréa Boccelli ! On a rien vu nous non plus car il y avait zéro fates sur la page mais au moins une vingtaine sur la jupe de sa partenaire ! »
F.D – « Souvenez-vous, il y a quelques années, le mari de Stéphanie de Monaco s’était tué en bateau et pour lui rendre hommage, la princesse de Monaco a l’intention de ressortir un disque avec une nouvelle version de ».

Et le journaliste commence à chantonner la chanson :
F.D – « « comme un ouragan… qui passait sur moi… » Enfin plutôt sur lui ! »
G.P – « Christian Clavier s’est fait dérobé sous ses yeux et son nez sa voiture après avoir été agressé, il a déclaré à la presse heureusement que j’avais mon nez au milieu de la figure sinon je me serais tout pris dans la gueule ! »
F.D – « Ouah, c’est la rock’n roll attitude ! Attention aux vertiges, septième ciel en vue ! Après avoir sorti la ligne de vêtements et de parfums, notre rocker national Johnny vient de sortir la capote en cuir. Espérons que ça va marcher pour lui ! »
G.P – « Il paraît que Vanessa Paradis adore faire des choux à la crème à Johnny Depp car il lui dit qu’en mangeant cela, ça le conduit tout droit au paradis ».

L’un des journalistes e tourne vers l’autre et lui dit :
F.D – « Je ne… comprends pas !!! »
G.P – « Ah si ! En mangeant ça, il se croit au paradis, vanessa paradis, paradis, paradis ! » Pardi !
F.D – « D’accord, Et maintenant, notre météo sponsorisée par Good Mitch, le roi du pneumatique ».
G.P – « tic tic !! »
F.D – « increvable au premier virage ! »
G.P – « non, non, non ! »

Et les deux journalistes disent ensemble :
F.D et G.P – « Good Mitch, le pneu de l’enfer ! »

Et ils reprennent chacun leur tour point par point la météo :
G.P – « Demain, il y aura des éclaircies entre les nuages ».
F.D – « Des trombes d’eau sont attendues au déjeuner ! »
G.P – « La surface de la mer aujourd’hui est calme, et très très très très très très agitée ».
F.D – « Un peu plus tard dans la soirée il commencera à faire nuit. »

L’un des deux journalistes, celui qui ne parle pas, se lève brusquement et crie :
G.P – « Quoi ! «
F.D – « mais rassurez-vous, il recommencera à faire jour demain matin ».

Le journaliste qui s’était levé, se rassoit avec soulagement :
G.P – « ah ! »
F.D – « bon, ben voilà, on a terminé, un !!! »
G.P – « oui, je pense qu’on a fait notre gros tas, le patron n’a plus qu’à nous engager ! »
F.D – Le générique, je pense, va pas tarder ! »

Le journaliste dit ça tout en regardant sa montre.
F.D – « je ne comprend pas. Pourtant….

Il se retourne vers son co-animateur en lui disant :
F.D – « t’es sûr, tu n’as plus rien ! «
G.P – « non, je n’ai plus rien, rien de rien je ne vois plus rien ! »
F.D – « eh bien, y a plus rien, quoi ! »
G.P – « ben non ! »
F.D – « Ecoute, un, au début ils nous préviennent pas quand y a le générique, à la fin, ils ne sont pas pressés à remettre le générique, ils le mettent où…. Au milieu ? »
G.P – « j’espère que non parce que dis donc… ; Moi, en tout cas, je n’ai rien entendu mai… »
F.D – « Alors comme ça, tu ne vois pas, tu n’entends pas. Moi, je ne suis pas sûr qu’on soit passés à l’antenne ! »
G.P – « Nous voilà dans de beaux draps !!! »
F.D – « bon, ça suffit ! Le linge salle en famille, y en a assez ! Tu prends tes clics et tes clacs, moi je prends les draps sous le bras et on va aller chez Antenne 2 ou alors se présenter chez FR3 ! »
G.P – « et peut-être que là-bas, on aura droit au café avec les susucres à la clé ! »

Les deux journalistes se lèvent en même temps et enchaînent en disant :
F.D – « bon, on va aller voir ailleurs puisque nous, nous sommes des professionnels ! Vous, vous n’êtes que des nuls ! »

L’un des journalistes répète en murmurant ce que dit son collègue :
G.P – « oui que des nuls, nuls ! Nous sommes que des professionnels ! »
F.D – « France Télévision, on arrive !!!! »

Et les deux journalistes, d’un pas décidé, s’en vont bras dessus dessous.

Frédéric Deslandes
Gabriel Porro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Font Resize